user_mobilelogo

Nos top-Evènements

14
Jan
local de cours du CTH
-
Gembloux

03
Déc
Centre technique Horticole de Gembloux
-
Gembloux

30
Nov
Espace GREENWAL
-
Gembloux

Le 1er Congolais diplômé de l'Enseignement Supérieur agricole en Belgique 

Dans le cadre des commémoration de la grande guerre mondiale (1914-1918), la rédaction de l'AIHy vous offre cette belle histoire... d'un 'très vénérable ancien' du réseau AIHy.

Un diplômé de l'Ecole de Vilvorde, anc. Ecole avant son transfert vers notre campus ISIa de Gembloux est le premier Congolais a être diplômé de l'Enseignement supérieur agricole de Belgique..

Paul Panda FARNANA M’Fumu (1888-1930) diplômé de notre Ecole de Vilvorde en 1907 (ancienne Ecole du réseau AIHy avant l’ISIa de Gembloux).

Auteur : André-Bernard ERGO Ing.AIHy  (promotion ‘TROPICALE’ de 1964)

Au début de la colonisation du Congo, vers 1892, toute une série d’enfants congolais ont été envoyés en Belgique pour y parfaire leur éducation. Cela s’étant effectué dans le cadre des missions (Œuvre de l’éducation des jeunes Congolais de Belgique), tous ces enfants ont été placés dans des familles nobles ou de la haute bourgeoisie en Flandre.

Les filles devaient être éduquées dans des écoles ménagères et les garçons, sous la direction de l’abbé VAN IMPE, devaient apprendre un métier (charpentier, tailleur, maçon etc.) à l’Institut Saint Louis de Gonzague à Gijzeghem 1. L’expérience tourna court après quelques années car il fut prouvé que la formation dispensée en Belgique ne donnait pas de meilleurs résultats que celle donnée au Congo par l’État, les missions protestantes ou catholiques, laquelle s’avérait d’ailleurs nettement moins coûteuse.

Le journaliste Paul Conreur écrivait à la même époque qu’il était essentiel que les enfants soient formés dans les contraintes de milieu de leur propre pays 2. .

Mais d’autres enfants congolais arrivaient parfois en Belgique en accompagnant un des pionniers, de retour en congé ou de retour définitif.

art26 1faranaPaul Panda FARNANA fut un de ceux-là, particulièrement chanceux puisqu’il arrive dans la famille DERSCHEID, une famille de la grande bourgeoisie du Hainaut, dont le père est directeur de l’usine des porcelaines Boch à Roeulx et une famille qui connaît très bien le Congo puisque trois des onze enfants ont été des pionniers de l’État Indépendant : Eugène (+1902), qui a participé comme lieutenant avec le géologue Cornet à l’expédition Bia au Katanga ; Jules (+1896) qui est directeur de la Société des Magasins généraux au Bas Congo et Victor, ingénieur agricole, qui travaille à l’approvisionnement du personnel du chemin de fer Matadi-Léopoldville, en s’occupant du transport de bétail.

Paul Panda FARNANA est né en 1888 dans le village de Nzemba près de Moanda au Bas Congo. Il est donc né dans une tribu en contact avec des Européens depuis plusieurs siècles. Sa mère s’appelle N’Sengo et son père Luiza Farnana serait un chef médaillé (reconnu par l’État) des villages de Nzemba et de Nsengo, ami de Jules Derscheid.

Toute cette partie de son histoire est assez nébuleuse ;

certains biographes le font venir en Belgique à l’âge de 7 ans (1895), avec Jules Derscheid, d’autres à l’âge de 12 ans (1900) avec le commandant Eugène Derscheid de retour définitif au pays, d’autres encore prétendent qu’il accompagne un enfant malade qui meurt ainsi que ses parents durant le voyage, l’épouse étant la sœur de Louise Derscheid. Ces détails ont de l’importance car s’il arrive à 7 ans, toute sa scolarité s’est accomplie en Belgique. S’il arrive à 12 ans, une partie ou l’entièreté de sa scolarité primaire s’est faite en langue kikongo ; où et dans quelle école ?

Il y a très peu d’écoles au Congo à l’époque. Son passage à l’Athénée d’Ixelles peut s’être réalisé en section primaire ou en section secondaire selon les cas.

art26 2mamaCe qui est certain, c’est qu’il est recueilli et adopté par Louise Derscheid, l’aînée célibataire des filles de la famille, au décès de son protecteur. (Certains biographes lui prêtent un mari !). Or, Eugène Derscheid meurt à Bourg Léopold en 1902 et sur le faire part du décès, son frère Jules n’est plus présent dans la famille, mais cela ne nous éclaire pas davantage sur l’arrivée de Paul Panda Farnana en Belgique.     [voir ci-dessus]

On comprendrait mal que Louise Derscheid ou sa famille l’ait dirigé vers des moyennes inférieures à l’Athénée d’Ixelles pour lui faire recommencer en 1904 des études de même niveau à l’École moyenne d’horticulture et d’agriculture de Vilvorde, une des deux écoles de ce type créées vers 1880 par Léopold II et où la durée des études est de trois années après le second ou le troisième cycle de l’enseignement primaire.
photo : Paul FARANA à Ixelles avec Louise Derscheid. Source collection privée A-B. Ergo.

Il faut dire que par rapport aux autres enfants cités ci-dessus, en entrant dans la famille Derscheid dans laquelle tout racisme est absent, Paul Panda Farnana est tombé dans l’assiette au beurre, tant financièrement que culturellement.

Louise est une artiste, pianiste virtuose, ancienne élève de Louis Bassin, amie de Tchaïkovski et du peintre Aivazovsky, fortement influencée par les écrits et la pensée de Tolstoï ; sa jeune sœur Marie, après avoir été diplômée de l’École Normale de Mons, fait des études de médecine à l’ULB après avoir défendu au préalable un doctorat en biologie et est la première femme médecin de Belgique, passionnée également de peinture à l’eau et aussi de musique.

On a déjà évoqué ses frères Eugène, Jules et Victor pionniers de l’État Indépendant du Congo ; son autre frère Gustave diplômé également en médecine de l’ULB est l’élève de Lucius Selenger et devient un grand spécialiste de la tuberculose qui fonde en 1902 les sanatoriums de La Hulpe et de Waterloo ; l’épouse de Gustave, la Gantoise Gabrielle Braun, tient salon où on rencontre à l’occasion Francis Jammes, Claudel, André Gide ou Mark Elskamp, mais aussi des médecins belges célèbres comme le professeur Bordet.

On ne vit évidemment pas dans une telle famille sans en garder, en soi, une certaine empreinte

Paul Panda FARNANA entre l'Ecole agricole de Vilvorde à l’âge de 16 ans, qui est normalement l’âge de sortie. Il y obtient son diplôme avec grande distinction en 1907 à l’âge de 19 ans (la Biographie coloniale belge parle abusivement d’un diplôme d’ingénieur agricole)3 et reçoit également un certificat de réussite d’une formation parallèle en agriculture tropicale.

AViGx f300ci-contre le logo du réseau des diplômés de Vilvorde débuté en 1852 et qui fusionne avec le réseau AIHy en 2007.
N.B.: L'Ecole horticole et des paysages de Vilvorde a été crée en 1848, a formé des ingénieurs techniciens horticoles et des paysagistes renomés de 1954 à 1969. Elle a été transférée sur le campus de l'ISIa de Gembloux (Haute Ecole Charlemagne) après son déménagement forcé par le "Walen buiten" des lois linguistiques belges.

Ni son diplôme, ni ce certificat ne donnent accès à l’enseignement supérieur belge agronomique dispensé à Gembloux et à Louvain, lequel permet, en 3 ans après les humanités, d’obtenir le grade d’ingénieur agricole [appellation officielle à cette époque avant celui d'ingénieur agronome après 1945 et de bioingénieur après 2007].

Cette formation tropicale de Vilvorde très suivie a été créée grâce à l’insistance d’un ancien élève de l’école, Victorien LACOURT, qui fut directeur de la Compagnie du Kasaï dans l’État Indépendant du Congo et qui possède, au Congo, ses propres plantations.

Durant ses études à Vilvorde, Paul Panda Farnana a probablement visité, avec son Institut, les expositions coloniales de Nogent sur Marne en 1905 ou en 1907 et y a appris qu’une école d’application en agriculture tropicale venait d’y être créée et que la formation y durait une année.

art26 3lapinfaranaAvec l’aide financière probable de sa « tante » Louise, il va donc s’inscrire à l’École Nationale Supérieure d’Agriculture Coloniale (ENSAC) 4 de Nogent-sur-Marne en France, récemment créée en 1902 et actuellement le CIRAD. Après une année de cours, en 1908, il recevra le certificat d’études qui y est décerné. Il suivra ensuite, probablement comme élève libre, une formation en langue anglaise à l’École supérieure commerciale et consulaire de Mons. Aucune de ces deux écoles supérieures ne fait partie, à l’époque, de l’enseignement universitaire.

   Photo ci-contre : Paul FARANA étudiant à l’ENSAC en 1908

Fort de ces formations, Paul Panda Farnana sera engagé, en 1909 –il a 21 ans-, par les services agricoles du jeune Ministère des Colonies, en qualité de chef de cultures de troisième classe (4e niveau) au même titre et salaire que les Belges de même niveau d’études et, comme tous les jeunes agronomes débutants.

Il sera affecté au Jardin Botanique d’Eala dirigé, à l’époque, par l’excellent ingénieur agronome Seret 5. Il est l’unique Congolais dans le cadre (144 membres) du personnel agricole du Congo. C’est la toute première fois qu’il quitte le Mayombe pour le Haut Congo. À Eala, où il restera deux années, il donnera des cours généraux à l’école professionnelle d’agriculture 6 nouvellement créée et s’intéressera particulièrement à la mise en herbier des plantes récoltées pour le Jardin Botanique de Bruxelles, une des passions de Seret.

Tout le long de son séjour à Eala, il entretient, avec Louise Derscheid, une correspondance suivie dans laquelle il se plaint du rejet de ses collègues.

Eala, à cette époque, est déjà une importante station d’une centaine d’hectares et possède également une ferme et des laboratoires.

Son premier terme terminé, il rentre en Belgique par le Bruxellesville [paquebot navette entre Anvers et Matadi ; ndlr. ], reçoit son étoile de service dans la capitale.
Quatre mois plus tard, il retourne au Congo où il est affecté un court moment aux services agricoles de l’État puis, durant un semestre, à l’importante station agricole de Zambi (directeur faisant fonction le chef de cultures de première classe Amrhyn) pour y acquérir de l’expérience en élevage.

Au terme de cette formation, P. Farana est envoyé seul mais, toujours à son grade, en charge de la station forestière de KALAMU près de matadi, station en voie d'abandon, mais où les pépinières forestières sont encore importantes et où il peut le mieux mettre à profit ses connaissances en horticulture.

art26 4farana1418Dans cette région, il exercera en outre et temporairement la fonction de responsable de territoire. Son second terme terminé, il rentre à nouveau en Belgique au moment où la première guerre mondiale éclate. Il a 25 ans et se plaint des rapports professionnels le concernant, trop injustes à son gré.

Libéré en 1919, Paul Panda Farnana demande à son employeur, le Ministère des Colonies belges, une mise en disponibilité pour raisons personnelles, qui lui est accordée.

Il participe au premier Congrès panafricain à Paris, à l’invitation probable de Blaise Diagne, et y rencontre WEB DU BOIS8, fondateur de la National Association for the Advancement of Coloured People (N.A.A.C.P) et les principaux promoteurs du panafricanisme. Il est très impressionné par les propos qui y sont tenus et trouve dans ceux-ci un objectif de vie.

De retour à Bruxelles il fonde, avec Albert Kudjabo et Joseph Adipanga, l’Union Congolaise, association des Congolais de Belgique qui est placée sous la protection de Louis Franck, nouveau Ministre des Colonies et d’Émile Vandervelde, Ministre de la Justice.
[Cette association existe encore sous le nom des « Expatriés congolais de Belgique avec un réseau très actif sur Internet ; ndlr-AIHy] .

Il se rapproche des milieux de gauche belges et participe à toutes les manifestations relatives au nationalisme africain et aux colonies, notamment au premier Congrès national colonial en 1920 qui se tient au Sénat, où il prend la parole et où il rencontre l’abbé Stefano Kaoze, ordonné prêtre en 1917 et surtout auteur en 1910, à l’âge de 20 ans, d’un traité sur la psychologie bantoue.

De cette rencontre de deux lettrés congolais, l’un formé au Congo et l’autre en Europe, Paul Panda Farnana prend conscience de l’importance de l’éducation, sur place, au Congo.

art26 5faranaportraitEn 1921, le second Congrès panafricain a lieu alternativement à Londres et à Bruxelles et Paul Panda Farnana siège comme secrétaire au bureau du Congrès à côté de Blaise DIAGNE, Web Du Bois, Paul Otlet 9 et miss Jessie Fauset 10. À l’issue de ce Congrès il donne une conférence sur «  L’historique de la civilisation nègre sur les rives du fleuve Congo » et demande, au sujet des mandats exercés sur les anciennes colonies allemandes, que des diplomates noirs participent aux commissions chargées de les administrer.
Peu après, il demande au Ministère des Colonies d’organiser en Belgique des cours pour les Congolais qui y travaillent ; ces cours seront organisés et financés par le Ministère à Bruxelles et à Charleroi.

Photo ci-dessus, Blaise DIAGNE vers 1921.

Après le jugement, au Congo, de Simon KIMBANGU accusé de sédition, il intervient auprès du ministre Franck pour que la peine capitale (peine de mort) ne soit pas appliquée à ce catéchiste de son ethnie et une importante polémique intervient à ce sujet avec l’équipe rédactionnelle de « L’Avenir Colonial belge ».

Jusqu’en 1924, Paul Panda Farnana qui bénéficie de l’écoute du Ministère des colonies, aura une activité soutenue mais il aura beaucoup moins d’audience chez les différents ministres qui vont succéder à Louis Franck (Henri Carton 3/1924-5/1926, Maurice Houtart (5/1926-11/1926, Edouard Pecher (11/1926-12/1926 et Henri Jaspar (1/1927-10/1929). En 1923, il écrit au général Molitor, président des journées coloniales de Bruxelles et au colonel Muller pour qu’on organise chaque année, le 11 novembre, une cérémonie en l’honneur du soldat inconnu congolais.

En 1925, la revue « La Renaissance de l’Occident » consacre un numéro spécial à l’art et à l’artisanat congolais, dans lequel Paul Panda Farnana dénonce les « pillages des œuvres d’art » afin de garnir les musées et considère l’œuvre coloniale comme « du vandalisme rationalisé ». Il écrit une lettre au roi Albert 1er dans laquelle il demande la création d’un établissement d’enseignement universitaire sur le sol même du Congo et à l’usage des Congolais 11 ; l’ouverture d’écoles pour infirmiers et infirmières 12 et l’ouverture d’établissements spécialisés pour initier à la gestion, dans une optique moderne, les futurs chefs coutumiers.

Congoforum ajoute même qu’il réclamait la généralisation de l’enseignement laïc ainsi que l’accès des Congolais aux universités de la Métropole (propos assez contradictoires avec les termes de sa lettre) et qu’il plaidait pour la participation de ses compatriotes au sein des instances décisionnelles de la colonie ainsi que pour l’africanisation des cadres 13.

Certains écrivent qu’il fut surveillé par la sûreté de l’État comme étant un danger pour celui-ci !

Paul Panda Farnana restera en Europe jusqu’en mai 1929, date à laquelle il décide de rentrer dans son pays natal, mais il ne réintègre pas les services agricoles de la colonie. On peut se poser la question de savoir de quels revenus il a vécu durant ces dix années et qui a financé ses nombreux déplacements?

Il aurait, paraît-il fait construire, dans son village natal, une école et une chapelle dédiée à Saint Paul. Cependant, dans la lettre où Louise Derscheid annonce le décès de son filleul à Web Du Bois, on apprend, qu’entre mai 1929 et mai 1930 il fut assez actif :

…il était rentré dans son pays natal en mai 1929 dans l’intention d’y faire une petite huilerie ; dans ses lettres il paraissait gai et bien portant. Cependant un natif de Zemba l’ayant rencontré il y a six mois, avait constaté un grand amaigrissement et lui ayant demandé s’il ne se sentait pas malade il avait répondu que non, qu’il se sentait bien et qu’ayant consulté un médecin de Banana, celui-ci l’avait examiné et n’avait rien trouvé d’anormal. D’autre part, il paraissait en pleine activité, une lettre datée du 9 mai, à Matadi, demandant qu’on lui envoie une presse à briques.

La mort est arrivée le 13…

Certains biographes prétendent qu’il fut empoisonné.

Un film récent et un livre ont tiré de l’oubli, pour certains, le souvenir de Paul Panda Farnana M’Fumu. Le film réalisé par Françoise LEVIE et dont un historien Congolais fut le conseiller, a été diffusé sur les antennes de la RTBF. J’avoue ne pas avoir été impressionné par ce que j’y ai vu en comparaison avec ce que je connaissais de la vie de Panda Farnana.

Le film véhicule quelques erreurs. Il n’est pas le premier universitaire Congolais, ce qui n’enlève rien à son mérite ni aux valeurs qu’il incarne, bien au contraire.

Ses principaux biographes semblent tenir pour accessoires les principes qu’il a reçus, inconsciemment, de sa famille d’accueil. Ses propos et ses idées sont souvent pertinents, mais pas toujours réalisables. Il lui manque un paramètre essentiel dans son raisonnement : la dimension du Congo qu’il connaît finalement très peu – il n’y a vécu adulte que 5 ans-, sa diversité extrême notamment en ce qui regarde les coutumes et la nécessité morale pour le colonisateur de le développer partout, dans tous les domaines, avec la même égalité.  

Le livre de Mumengi DIDIER paru en 2005 chez l’Harmattan Panda Farnana, Premier universitaire congolais a été trop bien analysé dans les Cahiers d’études africaines 186/2007 par Pierre HALLEN pour que j’y ajoute quelque chose.

Je soulignerai seulement un message de la conclusion « entre le simplisme anti-impérialiste et le populisme anti-colonial, Panda avait très courageusement choisi le registre de la décolonisation des esprits congolais, appréhendée comme sursaut générateur d’un peuple qui se réconcilie avec la civilisation du savoir et renouvelle son adhésion aux exigences de la science et du progrès … il aura été le premier éclat de la sagesse politique au Congo, le véritable homme d’État que le Congo n’a « presque » pas encore connu ». C’est moi qui isole le mot « presque » pour ne pas le supprimer.

Vue du poste agricole d’EALA en 1909.

Une autre VERITE historique...

Si Paul Panda FARNANA n’est pas le premier universitaire congolais, les historiens retournent inévitablement à Thomas KANZA diplômé en Belgique peu avant l’indépendance, en oubliant Victor PROMONTORARIO –mais est-ce un oubli ?- qui fut diplômé docteur en droit à l’université de Louvain en 1935 et qui a exercé sa profession d’avocat en Belgique avant de retourner au Congo en 1960, pour y devenir sénateur dans le parti de Bolikango puis bâtonnier au barreau de Léopoldville14

  Auteur : EURING André ERGO ; MSc.Ing.AIHy; 2012 (publié aussi dans l'INFO-AIHy n°133).

Notre confrère du réseau AIHy est un scientifique-historien reconnu par l'ambassade belge de la République Démocratique du Congo (RDC)
et a été président élu de l'Union francophones des Associations d'Ingénieurs Industriels de Belgique, l'UFIIB.

 

Références bibliographique commentée.

1Mathieu Cava Aziza Etambala. Des écoliers congolais en Belgique. Une page d’histoire oubliée.

2Paul Dubois. L’éducation des jeunes Congolais en Belgique. Liège-Alost. 1893.

L’École d’horticulture de l’État de Vilvorde ne fera partie de l’enseignement supérieur qu’en 1954 et décernera le diplôme d’ingénieur  technicien horticole qu’à partir de 1957.

4L’ENSAC a été créée en 1902 par l’ingénieur agronome français Dybowski l’ancien directeur des services agricoles en Tunisie avec, comme motivation, le fait qu’en se basant sur l’enseignement déjà donné dans diverses écoles, il suffirait de compléter les matières générales qui ont été enseignées dans celui-ci par un enseignement spécial, très technique et très pratique. La durée des études y était d’une année au terme de laquelle on obtenait un certificat d’école. L’ingénieur Dybowski a dirigé cette école jusqu’en 1909. L’ENSAC ne fut réellement reconnue par l’État français qu’en 1921 lorsqu’elle fut intégrée dans l’INAC (Institut National d’Agronomie Coloniale). Les premières promotions comportaient peu d’élèves, une quinzaine, en majorité venant de Tunisie. Une dizaine de professeurs et autant d’assistants donnaient les cours spécialisés, mais parmi ceux-ci trois seulement avaient une expérience africaine. Cours prodigués : Agriculture coloniale, Culture des plantes alimentaires, Botanique coloniale, Technologie coloniale, Zootechnie coloniale, Génie rural colonial, Pathologie végétale, Hygiène coloniale, Économie rurale appliquée aux colonies, Administration coloniale, Matières premières d’origines minérale et animales, Matières premières d’origine végétale, Culture du Tabac, Géographie économique et Organisation administrative des colonies.

Informations tirées de l’article : Des agronomes pour l’Empire ou l’École Nationale Supérieure d’Agriculture Coloniale (1902-1939) de Mina Kleiche-Dray.

5 Félix Seret en né à Andrimont en 1875 et a fait des études d’ingénieur agricole à Gembloux et à Louvain d’où il sort  en  1896 pour devenir professeur d’agronomie. En 1906 il entre au service de l’État Indépendant du Congo en qualité de sous contrôleur forestier et exerce son métier dans l’Uélé où il attire l’attention par ses nombreuses recherches botaniques, les spécimens de plantes et les herbiers qu’il envoyait au Jardin Botanique et en 1908 il est nommé directeur ad intérim du Jardin Botanique d’Eala. Après un terme de 4 ans et 3 mois, il rentra en congé et Belgique et fut nommé officiellement directeur d’Eala , mais à son retour au Congo il fut désigné pour le Katanga où il venait d’être nommé sous-directeur de l’agriculture. Il mourut à Coquilhatville en se rendant à son nouveau poste.

L’école professionnelle agricole d’Eala a été créée en 1906 par l’État Indépendant du Congo et fut destinée aux jeunes Congolais âgés de 12 à 20 ans. La durée des cours est de 2 ans et le nombre d’élèves est limité à 25 unités. Les travaux manuels sont identiques à ceux des ouvriers du Jardin Botanique d’Eala et sont complétés par une quinzaine d’heures de cours théoriques par semaine, donnés en Lingala et portant sur la lecture et l’écriture, la connaissance de la langue française, sur les mathématiques, sur les poids et mesures. Aucun cours d’agriculture n’est au programme.

Cet enseignement eut peu de succès et l‘écoledisparu très vite. A.-B. Ergo. L’Héritage de la Congolie.2007

7Ses deux compagnons étaient Kudjabo Albert et Joseph Adipanga ; le second et celui dont on ne connaît pas le nom s’évaderont avant d’aller en Allemagne.

8 Web Du Bois (1868-1963) est un sociologue afro-américain, docteur en philosophie (Harvard), écrivain et professeur d’université militant pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis. De 1910 à 1934 il combat la discrimination raciale et le conservatisme politique. Après 1940 il affiche sa sympathie pour les thèses communistes et plus tard s’exile au Ghana dont il prend la nationalité. Deux ans avant son décès, il s’inscrit au parti communiste.

9Paul Otlet (1869-1944) auteur, juriste et activiste belge membre du parti socialiste et pacifiste. Créateur avec Henri La Fontaine de la classification décimale universelle (CDU).

10 Jessie Fauset (1882-1961) Afro-américaine, écrivain et poète, enseignante. Éditorialiste et réalisatrice de la revue « The Crisis » de la N.A.C.C.P.

11 À la même époque, l’ingénieur agricole missionnaire jésuite H. Vanderyst suggérait la création d’un Institut agronomique dans la colonie. Cette idée existait donc dans la colonie mais la succession rapprochée de deux guerres mondiales et d’une crise économique grave a mis cette idée en veilleuse. En 1943, des ingénieurs, anciens de la faculté polytechnique de Mons, ont créé une première candidature à Elisabethville, mais cette initiative a été stoppée au départ de décisions de la métropole l’année suivante.

12 Une telle école existe déjà au moment de la lettre et est annexée à un hôpital de Boma.

13 Il convient de préciser ici que même les expatriés de la colonie ne participent pas aux instances de décision concernant celle-ci.

14 Information dans Congo (1940-1963) A.-B. Ergo 2011