user_mobilelogo

Présence en ligne

Ils-Elles sont connecté(e)s ci-dessous...

Danger ! Plantes photosensibilisantes...

 Auteur : EURING GE. FRISQUE; MSc.Ing.AIHy
Layout de la rédaction AIHy (P.Dohmen; MSc.Ing.AIHy)

art52grandebercePhoto F.Biver < Visoflora / Visorando 68610-FranceLes Heracleum sont consacrées à 'Hercule'.
De la famille des Apiacées ou ombellifères, le panais cultivé (Pastinaca sativa), le céleri ( Apium graveolens), le persil (Petroselinum spp., l’angélique (Angelica archangelica ), les Amni, la livèche (Levisticum officinale), la grande berce (Heracleum sphondylium ), la très ornementale berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum )etc , renferment des furanocoumarines : psoralène, bergaptène, xanthotoxine et dérivés voisins tels le 5-méthoxypsoralène ou Bergaptène, le 8-méthoxysporalène qui provoquent des phytophotodermatites.

Heracleum mantegazzianum ,la Berce du Caucase, un xénophyte mellifère apparu dans les talus des gares proches du Quartier Léopold à Bruxelles et à Nieuport vers 1880, fleurit à l’âge de 3 ans et meurt après la floraison.
Elle s’est répandue rapidement en bordures des autoroutes bruxelloises, puis sur les gravières de l’Ourthe, la lisière de la forêt de la Vecquée à Seraing, etc.

NDLR-AIHy. : Attention La grande Berce ou Berce du Caucase a une sève extrêmement ‘brulante’, qui peut laisser des lésions graves sur la peau d’un enfant.
Elle est considéré actuellement comme une plante nettement ‘invasive’ ; que vous DEVEZ détruire systématiquement (lire plus bas).
Comme le décrit le confrère GE. FRISQUE, on en trouve facilement dans nos régions, dans les terrains vagues et même au bord des routes et des chemins de nos campagnes ! J’en trouvé à 4 m de mon jardin. Cette plante est d’autant plus DANGEREUSE quelle ressemble à une banale ombellifère blanche (mais en beaucoup plus grand qui peut dépasser votre taille adulte en pleine floraison).

Chez l’homme, le contact avec les espèces incriminées provoque, s’il est accompagné d’une exposition à la lumière solaire, une dermite phototoxiqueL’association de cette double exposition aux ultra-violets longs ( λ = 320-400 nm) et aux coumarines accentue fortement les phénomènes de l’érythème et de la réponse pigmentaire.
Les contacts avec toutes les parties de la gigantesque berce du Caucase, originaire des mégaphorbiées subalpines du Caucase sont très photosensibilisants.

Ces phytophotodermatites sont donc provoquées à la fois par le contact avec des plantes de la famille des rutacées  tels les citrus, de la famille des apiacées, de la famille des moracées tel le figuier Ficus carica et par une exposition de la peau à la lumière solaire ; cette photodermite comporte une réaction érythémateuse modérée ou sévère, avec ou sans apparition de lésions vésiculo-bulleuses, puis après, d’une hyper pigmentation

Notes sur les furanocoumarines.

art53furanocoumarinefunarocoumarine ou IsopsopralenAngelicine : cet isopsoralène photosensibilisant est présent dans les racines des ombellifères tels : Angelica archangelica, différentes espèces d’Heracleum et de Selinum vaginatum.
On la trouve aussi dans les graines d’une légumineuse Psoralea coryfolia et d’un figuier Ficus nitida, une moracée. Il est doué d’activité spasmolytique et photocarcinogène.

NDLR-AIHy: Dictamus albus L., buisson particulièrement odoriférent et signalé comme le 'buisson ardent de la Bible' (ancien testament lors de l'exode des juifs d'Egypte) est bourré d'huiles essentielles phytotoxiques (et inflammables) dont ces fameuses funarocoumarines.